First Nations Tax Commission – Commission de la fiscalitè des premières nations
CFPN souhaite la bienvenue à Georjann Morriseau en tant que commissaire

CFPN souhaite la bienvenue à Georjann Morriseau en tant que commissaire

La Commission de la fiscalité des premières nations (CFPN) souhaite la bienvenue à Georjann Morriseau en tant que commissaire. En juin 2019, Georjann Morriseau a été nommée commissaire pour un mandat de cinq ans.

La commissaire Morriseau est originaire de Thunder Bay en Ontario et est une ancienne chef et conseillère de la Première nation de Fort William. Elle occupe le poste de directrice des Affaires autochtones et des Relations gouvernementales chez Produits forestiers Résolu dans le territoire de l’Ontario et du Québec à l’heure actuelle.

 « Je souhaite offrir mes félicitations à Mme Morriseau pour sa nomination au sein de la Commission », indique Manny Jules, président de la CFPN. « Elle défend depuis longtemps autant les objectifs de la Loi sur la gestion financière des premières nations que la perception d’impôt foncier dans les réserves. Ses connaissances et son expérience lui permettent d’apporter une contribution immédiate en tant que commissaire. »

La Commission de la fiscalité des premières nations administre et réglemente le régime fiscal en vertu de la Loi sur la gestion financière des premières nations, y compris l’amélioration des lois sur les recettes locales, l’élaboration de modèles de textes législatifs et de règlements, l’élaboration et la prestation de formation accréditée et la conciliation des intérêts des gouvernements des Premières nations avec ceux des contribuables.

La CFPN est une institution à gouvernance partagée. Le gouverneur en conseil nomme neuf des commissaires et le Native Law Centre du Canada à l’Université de la Saskatchewan nomme un commissaire. Il y a un poste de vacant en ce moment.

 

La commissaire Morriseau

La rédaction d’Ouvrir le sentier s’est assise avec la commissaire Morriseau pour discuter de la CFPN et de son nouveau rôle.

Pourquoi est-ce important pour vous de faire partie de la CFPN?

Je vois la Commission de la fiscalité des premières nations comme le soutien du développement de nos communautés. Le cadre de la LGF offre un moyen fondamental aux gouvernements des Premières nations pour qu’ils commencent à se soustraire de l’emprise de la Loi sur les Indiens et se lancent dans le processus de prise de décisions favorables à l’amélioration de leurs communautés. C’est du travail significatif pour aider les communautés à atteindre leurs objectifs en matière d’autosuffisance. C’est du travail concret et tangible visant à aider les communautés à affirmer leur compétence.

Pourquoi la compétence est-elle importante?

Un aspect important de la compétence gravite autour des lois que les gouvernements des Premières nations peuvent créer pour s’autogouverner. Cela comprend les services comme l’éducation, la santé, la gestion des terres, les parcs, les routes et l’administration. Historiquement, ces services et nos terres ont été gouvernés pour nous. En tant que Premières nations, nous avons l’occasion et le droit de nous gouverner nous-mêmes. Par exemple, détenir la compétence fiscale dans les réserves donne de la stabilité économique aux communautés, la capacité de percevoir des recettes qui assument les frais nécessaires pour assurer la croissance des communautés et cela ouvre la porte au développement économique.

Que pensez-vous de l’impôt foncier et de sa croissance à l’échelle du Canada?

Au cours des dernières années, les Premières nations, qui voient des possibilités de développement économique sur leur territoire respectif, ont manifesté un intérêt grandissant. Les Premières nations deviennent de plus en plus autonomes et montrent la voie à suivre aux autres Premières nations. Les Premières nations en Ontario sont devenues plus intéressées à discuter des avantages de l’impôt foncier. Je pense que plusieurs Premières nations veulent affirmer leur compétence, parfois c’est une question de déterminer « comment s’y prendre ». C’est là que la CFPN peut aider. C’est le type de travail que nous faisons… montrer comment s’y prendre.

Parlez-nous de votre expérience, en tant que femme autochtone occupant un poste de dirigeante.

Nous sommes témoins d’une hausse du nombre de femmes qui ont un rôle non seulement de direction, mais aussi de prise de décisions. Je suis heureuse de voir les femmes autochtones reconnues comme étant fortes, intelligentes et importantes. Au cours de mon expérience, j’ai connu beaucoup de hauts et de bas, mais tout a été instructif. Cela m’a aidée à élargir ma vision du monde. Je reconnais et j’apprécie la capacité des femmes autochtones à se comprendre et à tisser des liens entre elles. Cela m’a été utile. Notre expérience est unique et aide à montrer notre force en tant que femmes et en tant que dirigeantes.

Close Menu